Screencatcher

2011
Installation : dessins et application de réalité augmentée

Screencatcher a pour point de départ l’enquête menée par Justine Emard en 2008 sur la disparition des cinémas de plein air américains. Elle comprend huit dessins au feutre de driver-in theaters laissés à l’abandon, que le spectateur est invité à regarder à travers un écran d’iPhone ou d’iPad. Grâce à un logiciel, des vidéos se superposent aux dessins manuels augmentant l’espace dessiné d’une réalité virtuelle. Le logiciel agit tel un filtre, à la manière des dreamcatcher chez les Indiens Navajos qui évacuaient les cauchemars pour ne garder que les images positives des rêves et auquel le titre de l’œuvre fait référence. En associant dessins et réalité augmentée, l’installation fait fusionner différents niveaux de réalité et propose ainsi une expérience inédite du paysage. Mêlant des écrans dessinés et des écrans réels, Screencatcher offre une mise en abîme de l’image et transforme la position du spectateur qui devient acteur à part entière du dispositif. Pauline Vidal (2014)

Screencatcher, Exposition personnelle, 2017, Musée des Beaux-Arts, Clermont-Ferrand
 
 
   
 
 
Screencatcher, Exposition personnelle, 2015, Lyon

Photos: © Item corporate- métropole de Lyon et B-rob

Vue d’ exposition «L’horizon nécéssaire», Le Musée Passager  avec la Région Ile de France, 2014 –

Cette installation évoque la disparition des Drive-in-Theaters, cinémas en plein air américains. Associant dessins et réalité augmentée, le spectateur est placé au centre d’une interaction entre art et technologie.

La notion de réalité augmentée (augmented reality en anglais) désigne les systèmes qui permettent la superposition d’un modèle virtuel 3D ou 2D à la perception que nous avons naturellement de la réalité et qui permet d’obtenir ainsi une interaction. Tout cela est rendu possible par des calculs réalisés par un ordinateur en temps réel.
Ce système peut aussi bien s’appliquer à la perception visuelle (superposition d’image virtuelle aux images réelles) qu’aux perceptions proprioceptives comme les perceptions tactiles ou auditives. Le concept de réalité augmentée vise donc à compléter notre perception du monde réel, en y ajoutant des éléments fictifs, non perceptibles naturellement.
L’installation se compose de 8 dessins de 100x60cm en noir et blanc. L’utilisateur est invité à télécharger et utiliser l’application de l’exposition Screencatcher grâce à laquelle il pourra voir les dessins augmentés. Des éléments se superposent à la réalité en temps réel, images vidéos et son apparaissent sur les dessins.
L’installation évoque la disparition des “Drive in Theaters”, cinéma en plein air américains.
Ce dispositif expérimental constate l’éclatement des écrans: de celui du drive in, unique, nous sommes passés dans une dimension où chacun possède son propre écran. Les vidéos qui apparaissent à travers les écrans interviennent comme des projections fantômes à l’intérieur des dessins. Comme une réminiscence d’une image passée.

Cette installation est une réflexion sur les outils d’aujourd’hui et demain, l’avancée de la technologie et la dimension virtuelle où la simulation de la réalité gagne du terrain sur notre vie réelle. 


Screencatcher was based on the study made by Justine Emard in 2008 on the disappearance of American drive-in theaters. It includes eight felt-pen drawings of deserted drive-in theaters that come to life thanks to iPhone and iPad screens on which the viewers are invited to look at them. Thanks to software, videos are superimposed on hand-made drawings and provide the space drawn with augmented reality. The software works like a filter just like the Navajo’s dreamcatchers shrug nightmares off and only keep the positive images of the dreams and to which the title of the work refers. By associating drawings and augmented reality, the installation unites different levels of reality and thus proposes a brand new experience of the landscape. By mixing drawings of screens and real screens, Screencatcher offers a mise en abyme of the image and transforms the role of the viewer who becomes a true actor of the device.

Group show « Video – Art and geolocalization », Paços Das Artes, São Paulo, Brazil, 2013

Avec  la participation du DICRéAM, Ministère de la culture et de la communication, CNC, CNL, Vidéoformes et le soutien la DRAC Auvergne.